Tonte

Beaucoup de retard cette année pour tondre notre mouton, mais beaucoup de retard chez tout le monde à cause du mauvais temps (il faut que la laine soit sèche pour qu’elle puisse être tondue).
Grâce à la ferme d’où sont issus nos moutons, nous avons trouvé quelqu’un pour les tondre (et m’éviter de le faire à la main comme l’an passé… Ouf !).
Bien galère, car Polynectar n’avait jamais été tondu.
On a découvert que l’expression « têtu comme un âne » pouvait se remplacer par « têtu comme un Ouessant ». Il nous a fait un refus d’avancer, en se couchant par terre. Résultat, un tirant sur les cornes, un poussant le derrière… Encore un grand moment !


Moment drôle quand une fois la tonte faite, Salicorne n’a pas suivi son frère pour retourner au pré. Elle est restée près de la toison. Nous avons dû la forcer à aller dans le pré et elle a mis un moment à reconnaître son frère.
Celle qui est venue tondre nous disait que quand elle tondait des brebis ayant des agneaux, les agneaux restaient vers la toison et ne reconnaissaient pas leur mère.



Depuis le dernier article

On a continué les galères…

-Rupture fabriquant d’atèle pour l’entorse de Théodore et aucune dispo dans sa taille dans les pharmacies du coin. Finalement, il a la taille en dessous.
-La fouine et le renard (ou que le renard, en tout cas, lui a été aperçu par notre voisin du bas) se sont fait une orgie de poules (toutes celles que je n’étais pas arrivée à mettre dans le nouveau poulailler, soit une dizaine).
-On a perdu des poussins à cause de trous dans le grillage (sans vouloir accuser sans preuve, je pense que Polynectar n’est pas pour rien sur ce coup là)
-Le hublot du sèche-linge a été cassé
-Un poussin s’est coincé dans le distributeur de graines (improbable ! Galère sans nom pour le sortir sans lui casser une aile)

Oui, le tout en même pas 10 jours, on a vraiment commencé à saturer sévère… au point que j’ai commencé ma liste au Père Noël avec dessus une nuit à l’hôtel de Charlieu (donc à côté) SEULE !

Depuis ça s’est un peu calmé et heureusement !

Némo

Lors des dernières éclosions, nous avons découvert un oeuf en trop. Impossible de savoir depuis quand il était sous la poule. Nous avons donc décidé de lui laisser sa chance et l’avons placé sous la couveuse toute neuve.
Lundi dernier, l’oeuf a fait piou-piou, et mardi matin, à 4h30 (merci Rémi), nous avons pu découvrir un poussin tout neuf.

Comme l’éleveuse que nous voulons (un plateau chauffant) est en rupture de stock partout, Christophe a mis son habit de Mac Gyver et en a fabriqué une avec une ancienne gamelle de scout, du sable, le pied de l’appareil photo, une cloche de micro-onde et quelques composants électroniques.



Némo (oui oui, il s’appelle Némo) a vite adopté la poule artificielle et il grandit bien.

Aujourd’hui, il a fait sa première sortie dehors et pu découvrir l’herbe, la chaleur du soleil et plein de grands voulant jouer avec lui !



Entre deux samedis fériés

Voici les petites nouvelles du moment.

Deux nouveaux poussins sont nés, c’est toujours autant l’attraction de voir nos 5 petites boules de plumes suivre leurs mamans.


Nous avons investi dans une couveuse. Des années que j’en rêve, cette fois-ci, elle est là. Pour l’instant, un seul oeuf est dedans, celui qui n’a été couvé qu’une semaine par maman poule n°2. Pour lui laisser une chance, nous l’avons mis en couveuse. Dans quelques jours nous pourrons le mirer pour voir si un poussin se développe ou pas.

Et ensuite… l’objectif est d’avoir des poules Marans et Araucana pour avoir des oeufs colorés (chocolat pour les Marans et vert pour les Araucana), on cherche donc des oeufs de ces races pour les mettre en couveuse (mais pas avant deux semaines)

Et l’autre info importante, c’est que grâce à l’ouverture de la vaccination pour les personnes obèses, j’ai pu être vaccinée contre le COVID.
Ouverture à la vaccination le vendredi et RV obtenu pour le samedi matin (oui oui le premier mai).
Très impressionnée par l’organisation. Malgré le nombre, tout était hyper fluide.
Comme j’ai déjà eu le COVID, j’ai la chance de n’avoir qu’une seule dose (danse de la joie !). Pour ceux qui se demande, juste une réaction de contact, avec une douleur comme si j’avais un gros bleu au bras, puis un cercle rouge et chaud les jours suivants.
En vrai, le plus dur dans la vaccination, ça a été les 15 minutes d’attente à regarder les spots soi-disant humoristiques faits par la ville de Roanne (je suis mauvaise langue, le spot de présentation de l’aménagement des bords de Loire était intéressant).
Et alors, la vraie méga grosse déception… Je ne capte pas la 5G. Bon, ok, on a la fibre, alors on s’en fiche un peu, mais quand même. 😉
Soulagée d’être vaccinée, déjà parce que rien que l’idée d’être une deuxième fois malade, avec les séquelles respiratoires et de fatigue derrière c’était inimaginable, mais surtout, là au moins, si jamais le COVID s’invite de nouveau chez nous, il y aura au moins un adulte qui ne sera pas cas contact et qui pourra assurer le quotidien en termes d’intendance.

Autrement, les deux grands sont retournés en cours (Théodore continue l’alternance, mais une semaine sur deux maintenant) et demain, la cantine fonctionnera de nouveau pour Théodore (et ça aussi c’est cool, ça fait une chose de moins à penser).

Les cours de musique continuent en visio… quand il n’y a pas de loupé…

Et on attend le coup de fil pour aller chercher de quoi parfaire la nouvelle tête d’Agathe (et essayer de diminuer ses maux de tête).

Côté lectures, gros coup de coeur pour
-la série « Grisha » de Leigh Bardugo (j’avais lu la série « Six of Crows » il y a quelques années, mais elle avait fait mourir un des héros et je lui en voulais un peu… du coup j’ai mis du temps à lire son autre série ;-)) qui est une série pour ado (oui encore… d’ailleurs, avec Clémence on a lu « Hunger Games » juste avant)
-« Et que ne durent que les moments doux » de Virginie Grimaldi (des larmes et du rire… et des larmes… et du rire)
-« La fille du déménageur » de Caroline Vermaille (celle qui a écrit la série « Sixtine »). Petite nouvelle lu presque entièrement en attendant le RV ophtalmo (il restait 10 lignes ! Première fois que je râle de ne pas patienter plus chez un médecin !)

Fin de vacances

Avant le retour à l’école, nous avons

-Récupéré et couvert les nouveaux livres de la bibliothèque de l’école (ce qui veut dire avoir 80 livres tout neufs en avant-première !)

-Fait un nouveau drapeau de pirate. Parce qu’on ne sens rend pas compte, mais un drapeau de pirate, même sans l’air marin, ça s’use quand même.

-Récupéré un essaim
« Maman, on va bientôt plus pouvoir aller aux poules, y’a plein de trucs qui piquent qui volent ». Félix a donc vu un essaimage, et nous, nous sommes allés le récupérer, avec Agathe qui a adoré pouvoir profiter d’une leçon d’apiculture.


-Eu des naissances de poussins. 3 pioupious tout neufs et une autre poule devant être de nouveau maman à la fin de la semaine si tout se passe bien.



-Étrenné le nouveau coupe-savon fabriqué pour l’occasion.

C’est reparti pour un tour

En cette veille de retour à l’école à la maison, avec nouveauté cette année, 5 niveaux pour nous et 4 cours d’instrument en visio, voici un petit aperçu de nos dernières semaines.

En vrac :

On a fêté l’anniversaire de Pierre, qui aurait eu 17 ans cette année. C’est fou de voir comme le temps passe. C’est fou surtout de se dire que ça fait 17 ans, alors qu’il y a 17 ans, on ne savait même pas si on allait arriver à survivre à la première journée, la première semaine, le premier mois…

Nous avons testé le resto à domicile. Trop bien de pouvoir se faire un resto en famille.
D’abord le don Camillo, resto italien de Roanne, puis la belle découverte, le bistro Kalinka à Charlieu où on a pu découvrir la nourriture russe.

On a continué nos virées à la médiathèque, même si dernièrement c’était un peu compliqué puisque leur serveur a brûlé.
Les choses reviennent doucement à la normale pour eux… donc pour nous !

Théodore a eu 15 ans ! Il me dépasse 😀
Et il a pu demander comme gâteau d’anniversaire un sablé du milliardaire sans craindre de perdre une bague avec le caramel (oui c’est du vécu !)

Les poules ont eu les plumes coupées après une folle course poursuite dans le pré avec Théodore dans le rôle du rabatteur et Félix dans celui d’attrapeur ! Même les coqs ont pu être attrapés (On me dit dans l’oreillette que les filles ont aussi attrapé des poules !)

Agathe et Clémence sont passées chez le coiffeur. Maintenant Félix rêve d’avoir une coupe trop bizarre comme Agathe.


Le premier avril, nous avons décoré le portail avec des poissons en osier…

Nous avons récupéré pas mal d’osier ce qui a permis de faire un enclos en plessage pour les fraises, une structure pour les grippant et deux trois essais assez sympas.



Les cloches ont été généreuses pour Pâques (et les voisins aussi)

L’approche de ce nouveau confinement ne nous perturbe pas plus de ça. Ça fait un moment qu’on l’attendait.
Il faut dire que je ne supporte plus les gens sans masque, qui ne se lavent pas les mains et qui ne respectent pas les distances (le primeur avec le masque au milieu du nez, le boucher sans masque, la catéchiste qui entasse les enfants sur un banc alors que des bancs ont été réservés pour justement avoir l’espace qu’il faut, la personne qui fait la quête avec le masque sous le nez, les parents qui ne se lavent pas les mains en rentrant dans l’école, ceux qui attendent dehors avec le masque sous le nez, etc.)
Je ne supporte plus les gens et leur égoïsme (je suis jeune, je ne risque rien).
Autour de nous, les re-contaminations se font de plus en plus nombreuses et étant donné les séquelles de notre contamination d’octobre, nous sommes vraiment vigilants à ne pas être porteur de ce virus pour les personnes fragiles (et accessoirement ne pas l’attraper de nouveau).
Bref, c’est reparti pour refaire notre bulle. Nous ressortirons pour faire le marché (mais plus à Coutouvre puisque les vendeurs ne portent pas de masque) en sélectionnant les endroits où les gens respectent les règles et peut-être (sûrement) pour refaire le plein de livres, mais autrement, ce sera chez nous en savourant la joie d’avoir un grand terrain.

Quelques nouvelles

La nouvelle mauvaise de ce début d’année, c’est la mort de Lambert, notre mouton.
Nous l’avons eu quand ce n’était qu’un agneau qui tétait encore sa mère, c’est avec lui que j’ai appris à faire les piqûres d’antibio dans le gras du cou (sur un agneau de Ouessant, le gras du cou, c’est une notion étrange) et surtout, c’était notre mouton le plus câlin et le grand copain des enfants.
Impossible de savoir ce qu’il a eu, pas de blessure apparente, ça restera un mystère.
Polynectar reste donc seul au milieu des poules.

La bonne nouvelle, c’est que j’ai enfin été opérée vendredi.
Jusqu’au bout on a craint un nouveau report, mais ça y est, cette fois-ci c’est fait et si tout va bien, le début d’une nouvelle vie commence pour moi.
Rendez-vous dans 3 mois pour faire le point.
Maintenant, il n’y a plus qu’à espérer que mes filles et mes futures petites-filles ne souffriront pas d’endométriose ou que du moins celle-ci sera prise en charge beaucoup plus vite.

Début des vacances

Les vacances ont débuté et avec elle le début des journées au centre de loisirs.

Théodore y va par demi-journée pour profiter de l’atelier bois et Agathe y est allée une fois pour pouvoir pique-niquer (oui oui… le pique-nique, c’est sacré !). Reste encore le camp équitation et la journée kermesse (avec pique-nique !).

Théodore a eu son brevet (bon, ceci dit, on le sait depuis que ça a été annoncé que ce serait le contrôle continu qui le validerait). Dernier examen dont on attendait le résultat. Les trois examens de l’année sont validés. Une bonne chose de fait !

Nous avons fêté nos 20 ans de mariage. L’occasion de sortir des photos des 20 ans écoulés. Félix en en voyant une avec que Théodore et comprenant qu’il n’était pas encore là, s’est offusqué qu’on ait pu faire un pique-nique sans lui (s’il savait qu’il y en a eu plus d’un…)
Pour l’occasion, nous sommes allés au resto sur le port de Roanne. Sensation très étrange de bouger sans se déplacer… Nous avons pu profiter des canards s’approchant du bateau, de la tranquillité, du quasi-silence (ça, ça n’a pas de prix) et d’un repas vraiment excellent (et bien sur, quand tu discutes avec nounou tu apprends que c’est le cousin de son mari qui tient le resto… Il est cousin avec tout le monde de toute façon, on dirait mon père à Doubs ou Pontarlier !) !


En rentrant de notre sortie en amoureux, nous avons trouvé Félix saignant abondamment du nez. Encore ! Du coup, après un passage à la pharmacie le lendemain, sur les conseils de la pharmacienne, j’ai appelé l’hôpital pour tenter d’avoir un RV. Franchement, un RV à l’hôpital en juillet/août je n’y croyais pas… Et au final, ils m’ont débloqué un RV pour le lendemain.
Et les surprises ne s’arrêtent pas là. Une fois sur place, je n’ai même pas eu le temps d’ouvrir mon livre, nous avons été pris de suite.
Nous avons testé la nouvelle signalétique, avec les bandes de couleurs à suivre !

Bref, cautérisation faite et ça semble efficace ! Youpi !

Félix a fêté son anniversaire avec ses copains, le thème était bien sûr la montgolfière.





Pour ceux qui ne le sauraient pas, Félix depuis 1 an nous demande comme cadeau d’anniversaire un vol en montgolfière (vous pouvez chercher, ça coûte un bras et on rajoute un rein parce qu’il faut aussi payer la place de l’adulte accompagnateur).
J’ai eu la chance de gagner un bon d’achat chez wonderbox, nous permettant d’acheter le billet adulte (et notre WE en amoureux que nous n’avons pas pu faire pour cause de confinement…). Le billet de Félix est pris lui aussi et le RV est réservé pour fin août en espérant que le vol ne soit pas reporté.
Nous nous sommes posés la question de reporter le vol à cause des masques et puis finalement, tant pis, ça se passera bien malgré tout !
Et pour ceux qui se posent la question… C’est Christophe qui accompagnera Félix, il est bien évident que je ne serai pas d’un grand secours dans une montgolfière avec mon vertige 😉 Bon, lui, il rêve de sauter en parachute de la nacelle, mais bon…

Dans les choses carrément moins drôles, le renard est encore passé par le poulailler.



Résultat une poule et trois poussins en moins, un coq bien déplumé et deux poussins blessés dont un récupéré cachés derrière un arbuste chez les voisins.Nous avons récupéré les 4 « petits » poussins restant pour les garder à la maison (maman poule s’étant fait manger). Le plus traumatisé a été surnommé Narco, puisqu’il dort tout le temps ou presque… On verra ce que ça donne, il a déjà passé une nuit, à suivre.

Et autrement, on va toujours bien 😀

Et c’est reparti pour un tour

Changement de programme, encore…
Je ne sais pas comment les instits et les profs font pour ne pas craquer, parce que vraiment, c’est insupportable (déjà les changements, mais surtout d’apprendre les infos en même temps que tout le monde sans pouvoir anticiper les trucs).

Aux dernières nouvelles, Agathe et Félix vont retourner à l’école tous les jours à partir de lundi.
Théodore y va lundi, mais sur la base du volontariat et pas plus de 15… Et à partir de mardi, Théodore et Clémence, sans distanciation entre les élèves (donc en classe complète) et de manière obligatoire (mais qu’est-ce qu’il se passe dans la nuit du lundi au mardi ?)

Bref, on respire, on essaie de ne pas craquer et ça va aller !


Dans les dernières nouvelles, les poussins ont rejoint les autres poussins, histoire de protéger les salades (j’ai bien essayé de faire diversion avec des cerises, mais ce n’était pas hyper efficace)



(on adore voir les petits sous les ailes de maman poule !)


Aujourd’hui, on a donné une de nos poules. Elle boite énormément et on voulait l’isoler pour qu’elle se repose. Une maman de l’école voulait une poule, on lui a donc proposé pour qu’elle ait une convalescence tranquille.
Basquaise a donc un nouveau foyer (on n’est pas responsable du nom, même si on aurait pu l’appeler comme ça !)
J’espère que ce temps de repos lui fera du bien.

Rémi est passé sous la tondeuse. C’est un nouveau petit garçon que nous avons, au point que le lendemain de la coupe quand je suis arrivée chez nounou, je me suis demandé qui était ce nouvel enfant qu’elle avait maintenant… ah non, c’est le mien… 1/2h après, devant le collège, Théodore en sortant s’est demandé qui était cet enfant que je tenais par la main…

Clémence a passé son examen de Formation Musicale et pendant ce temps, on a profité du parc et admiré Rémi, roi de l’escalade !

Et pour finir, une petite réplique de Félix, qui a de grands fans par ici (il me fatigue, mais il me fatigue… mais il me fait rire aussi !)

-Félix, je te l’ai déjà dit, mais que tu nous balances les répliques des BD que tu as lu, ça me gave… Alors, c’est bien, tu travailles ta mémorisation, mais là, je n’en peux plus.
-Mais c’est pas de ma faute, je suis obligé de cracher tous ces mots parce que je n’ai plus de place dans ma tête.