C’est reparti pour un tour

En cette veille de retour à l’école à la maison, avec nouveauté cette année, 5 niveaux pour nous et 4 cours d’instrument en visio, voici un petit aperçu de nos dernières semaines.

En vrac :

On a fêté l’anniversaire de Pierre, qui aurait eu 17 ans cette année. C’est fou de voir comme le temps passe. C’est fou surtout de se dire que ça fait 17 ans, alors qu’il y a 17 ans, on ne savait même pas si on allait arriver à survivre à la première journée, la première semaine, le premier mois…

Nous avons testé le resto à domicile. Trop bien de pouvoir se faire un resto en famille.
D’abord le don Camillo, resto italien de Roanne, puis la belle découverte, le bistro Kalinka à Charlieu où on a pu découvrir la nourriture russe.

On a continué nos virées à la médiathèque, même si dernièrement c’était un peu compliqué puisque leur serveur a brûlé.
Les choses reviennent doucement à la normale pour eux… donc pour nous !

Théodore a eu 15 ans ! Il me dépasse 😀
Et il a pu demander comme gâteau d’anniversaire un sablé du milliardaire sans craindre de perdre une bague avec le caramel (oui c’est du vécu !)

Les poules ont eu les plumes coupées après une folle course poursuite dans le pré avec Théodore dans le rôle du rabatteur et Félix dans celui d’attrapeur ! Même les coqs ont pu être attrapés (On me dit dans l’oreillette que les filles ont aussi attrapé des poules !)

Agathe et Clémence sont passées chez le coiffeur. Maintenant Félix rêve d’avoir une coupe trop bizarre comme Agathe.


Le premier avril, nous avons décoré le portail avec des poissons en osier…

Nous avons récupéré pas mal d’osier ce qui a permis de faire un enclos en plessage pour les fraises, une structure pour les grippant et deux trois essais assez sympas.



Les cloches ont été généreuses pour Pâques (et les voisins aussi)

L’approche de ce nouveau confinement ne nous perturbe pas plus de ça. Ça fait un moment qu’on l’attendait.
Il faut dire que je ne supporte plus les gens sans masque, qui ne se lavent pas les mains et qui ne respectent pas les distances (le primeur avec le masque au milieu du nez, le boucher sans masque, la catéchiste qui entasse les enfants sur un banc alors que des bancs ont été réservés pour justement avoir l’espace qu’il faut, la personne qui fait la quête avec le masque sous le nez, les parents qui ne se lavent pas les mains en rentrant dans l’école, ceux qui attendent dehors avec le masque sous le nez, etc.)
Je ne supporte plus les gens et leur égoïsme (je suis jeune, je ne risque rien).
Autour de nous, les re-contaminations se font de plus en plus nombreuses et étant donné les séquelles de notre contamination d’octobre, nous sommes vraiment vigilants à ne pas être porteur de ce virus pour les personnes fragiles (et accessoirement ne pas l’attraper de nouveau).
Bref, c’est reparti pour refaire notre bulle. Nous ressortirons pour faire le marché (mais plus à Coutouvre puisque les vendeurs ne portent pas de masque) en sélectionnant les endroits où les gens respectent les règles et peut-être (sûrement) pour refaire le plein de livres, mais autrement, ce sera chez nous en savourant la joie d’avoir un grand terrain.

Quelques nouvelles

La nouvelle mauvaise de ce début d’année, c’est la mort de Lambert, notre mouton.
Nous l’avons eu quand ce n’était qu’un agneau qui tétait encore sa mère, c’est avec lui que j’ai appris à faire les piqûres d’antibio dans le gras du cou (sur un agneau de Ouessant, le gras du cou, c’est une notion étrange) et surtout, c’était notre mouton le plus câlin et le grand copain des enfants.
Impossible de savoir ce qu’il a eu, pas de blessure apparente, ça restera un mystère.
Polynectar reste donc seul au milieu des poules.

La bonne nouvelle, c’est que j’ai enfin été opérée vendredi.
Jusqu’au bout on a craint un nouveau report, mais ça y est, cette fois-ci c’est fait et si tout va bien, le début d’une nouvelle vie commence pour moi.
Rendez-vous dans 3 mois pour faire le point.
Maintenant, il n’y a plus qu’à espérer que mes filles et mes futures petites-filles ne souffriront pas d’endométriose ou que du moins celle-ci sera prise en charge beaucoup plus vite.

St Rémi

Pour la fête de Rémi, nous avons agrandi le circuit de train (c’est le moment d’en profiter, s’il en reste dans les Lidl, ils sont bradés).



Et comme on en a depuis plus de 10 ans, et qu’on enrichit le circuit au fil des enfants, Rémi peut profiter de toutes les voitures/trains que nous avons eu au cours des ans.

Basilou

Dans la classe de Rémi, il y a Basilou, une peluche ours qui vit dans la classe.
Basilou, grande star des maternelles…

Pour la St Rémi, j’avais en projet de lui faire un range pyjama en forme de Basilou.
J’ai donc acheté le patron du range-pyjama hibou et l’ai modifié en suivant les consignes de Rémi pour les couleurs (dans la poche de devant il y a une guirlande de Noël led, ce qui permet de l’allumer le soir).

Le problème… C’est que je l’ai fini lundi soir ! Donc il a été adopté de suite, impossible d’attendre vendredi pour le récupérer.

Basilou a donc accompagné Rémi à l’école et lui a fait coucou à travers la fenêtre dès le mardi !

Covid suite

Cette grippette de rien du tout dont il ne faut pas faire tout un plat, aura quand même laissé des traces…

Le 24 décembre, l’hôpital m’a appelé pour reprogrammer mon opération en février.

Jeudi, j’avais RV avec l’anesthésiste (on passe sur le fait que tout le monde pense que début février, ça s’annonce compliqué pour que l’opération soit maintenue, ils s’attendent à une re-fermeture des blocs imminente, enfin bon, on verra) et alors que normalement c’est une anesthésie générale, là, elle m’a annoncé que puisque j’avais eu le Covid (la covid je ne m’y fais pas), ce serait une rachi anesthésie afin de préserver mes poumons. Non pas qu’il y ait un risque avéré, mais que comme personne ne sait, ils ne veulent prendre aucun risque du moment où ils peuvent l’éviter (oui ben effectivement, merci de penser à moi ;-)).
J’ai vraiment apprécié que l’anesthésiste me dise « on ne sait pas » et pas qu’on me mente sur le sujet. Bref, on protège mes poumons et alors que j’ai évité deux césariennes (et donc deux rachis), je vais tester bientôt (enfin peut-être bientôt). Et la petite phrase lorsqu’elle m’a donné mon ordonnance pour la prise de sang « on va tout vérifier pour que tout se passe bien, vous avez 5 enfants qui ont besoin de vous ». Heureusement que c’est qu’une intervention qui dure une 15aine de minutes et qui n’a quasi aucun risque, autrement, j’aurai un peu flippé quand même !

En attendant, reprise de l’entraînement pour revenir à ma capacité respiratoire d’avant covid. Ce n’est pas encore parfait, mais petit à petit, ça revient (il faut dire que je suis partie de tellement loin, que mon niveau actuel est plus que bon !)

Fin d’année

Pour cette fin d’année, nous avons fait le choix de rester tout seul (enfin à 7) et de passer un Noël et un Nouvel An en petit comité.
Pas de messe de Noël (à 7, on prend un banc et demi et nous avions à juste titre, peur que les règles de sécurité ne soient pas respectées).
Au final, des fêtes toutes douces, centrées sur notre cocon familial, et c’était une autre façon de les vivre très bien aussi.

Entre les fêtes, nous avons quand même vu du monde, et plein de monde, mais nous avons fait le choix de ne voir que des familles ayant eu le Covid (Un petit côté réunion d’anciens combattants ;-))
Grand plaisir de revoir du monde et de passer du temps avec d’autres personnes sans peur de se contaminer les uns et les autres.

Pour le 31, nous avons pris un abonnement à Disney + pour profiter de la sortie de Soul. Un mois d’abonnement pour une soirée ciné à la maison, c’est sympa 😉
Au programme, repas avec les doigts et pop corn (c’est pas encore gagné pour manger le pop corn en le lançant en l’air et en le rattrapant avec la bouche… j’en ai encore retrouvé hier en passant le balai derrière des meubles !)
Il nous reste quelques jours pour regarder deux trois films ou courts métrages, histoire d’en profiter encore !

Côté cadeau de Noël, nous avons testé le jeu « Gagne ton papa ». Gros succès, Rémi arrivant même parfois a gagner ses frères et soeurs !




Jour 23

Aujourd’hui c’est la Grèce, avec un soupçon d’inquiétude « on va pas attendre la St Basile, hein ? » Donc, non, les cadeaux ce sera bien pour le 25 décembre chez nous !
Par contre, on a pris le temps aujourd’hui de réunir ceux qu’on aime en faisant nos petits lutins. Ceux de notre famille, et les autres, ceux qu’on aimerai avoir avec nous si on en avait la possibilité (certains absents sont donc présents. Clémence a essayé de faire un chapeau de lutin à carreaux pour représenter papy Jean !)

Au menu, Spanakopita, une sorte de tourte faite de pâte filo, d’épinard et de feta.