6 décembre

C’est le jour de la St Nicolas qui est fêté dans plusieurs départements de France.St Nicolas, accompagné de son âne apporte des cadeaux aux enfants sages. Il est accompagné du père Fouettard qui lui, punit les enfants polissons.

Départements : 02,08,54,55,57,60,62,80,88 (oui, il manque le Nord et l’Alsace, c’est normal, j’en ai besoin plus tard !)

Cannes de saint Nicolas

4 décembre

En Provence, le 4 décembre, jour de la Sainte-Barbe ou Sainte-Barbara, la tradition est faire germer des grains de blé (ou des lentilles) de la dernière récolte dans trois soucoupes, sur du coton imbibé d’eau. Si la germination se fait bien, c’est le signe que la prochaine moisson sera abondante. «Quand lou blad vèn bèn, tout vèn bèn !» affirme le dicton provençal. (Quand le blé vient bien, tout vient bien)
À Noël, ces trois soucoupes (qui représentent la Trinité) sont remplies de belles pousses vertes qui restent bien droites, car on les entoure d’un petit ruban.

Elles servent à décorer la crèche et y restent jusqu’à l’Épiphanie.

Les pousses sont ensuite plantées en pleine terre.

Départements : 04, 05, 06,07, 26

Pas de plantation de blé pour nous aujourd’hui, car la journée a été bien remplie !

Christophe a détruit une cheminée dans le grenier

Avant…
après !

Et nous sommes allés au ciné en famille (il était urgent de finir notre carte d’abonnement). Avant la projection en avant-première, une tombola. En prenant nos billets, on a fait remarquer qu’on augmentait nos chances de gagner avec nos 5 tickets enfant…
Qui a eu le 1er prix ? Clémence ! Elle a remporté une boîte d’étoiles.
Et tous les enfants sont repartis avec des cadeaux, dont un sachet d’étoiles 😀
Que du bonheur donc (et en plus, 3 Félix au générique !).

3 décembre

En Normandie, lors du réveillon de Noël, la famille normande va déposer une grosse bûche dans la cheminée. L’aîné de la famille, c’est-à-dire la personne la plus âgée de la famille va également y déposer les cendres de la bûche de Noël dernier, la bûche qui a brûlé lors du même rituel l’année dernière.

Pendant que la bûche brûle, les enfants doivent s’éloigner de la pièce et prier pour que la bûche leur amène des cadeaux. Pendant ce temps, la famille en profite pour cacher les cadeaux au pied de la cheminée. Les enfants peuvent alors découvrir leurs cadeaux.

Une fois que la bûche est consumée, la famille conserve les cendres pour Noël de l’année suivante.

Départements : 14, 27, 50, 61, 76

On a été gourmands et au lieu d’allumer la cheminée, on a préféré faire des bûches !

2 décembre

En Bourgogne, selon la tradition, c’est le père janvier qui apportait les cadeaux en compagnie du père Fouettard.

Jusque dans les années 1930, il paraît encore distribuer les cadeaux. Il est représenté comme un vieillard décharné, habillé d’une vieille robe de bure marron et courbe sous le poids de sa hotte en osier qui contient les jouets des enfants.

La région est aussi connue pour ses escargots (c’est ce qu’on va manger… Mais pas de panique, ce ne sont pas des vrais!)

Les départements à trouver sont les 21, 39, 58, 70, 71 et 89.

La tête de Clémence quand elle a lu qu’on allait mangé des escargots… mémorable !
Rémi ce soir qui m’a suivi quand j’ai dit que j’allais chercher les escargots « mais des vrais ? Attend, je vais avec toi pour voir. Non mais on va pas vraiment en manger ? »
Et le SMS d’Agathe après que je lui ai dit que ce soir c’était escargot en dessert « Quoi? »

C’était donc des escargots en chocolat, il n’y a que moi qui mange des escargots dans cette maison !

1er décembre

Jour 1 : À Mayotte, peu de personnes fêtent Noël, puisque l’île est à 99% musulmane.

Il n’y a que deux églises dans toute l’île.

L’île mesure 374 km2. En comparaison notre département est presque 3 fois plus grand.

Là-bas, à Noël, il fait autour de 30 degrés. À la place des bonshommes de neige, c’est plutôt pique-nique sur la plage !

Le numéro du département pour compléter la carte de France est le 976.

Nous avons aussi allumé notre bougie de l’Avent, collé un palmier et surtout, fait le tirage au sort pour savoir qui offre quoi à qui au sein de notre famille…Le mystère reste entier, même si on sait tous qui a eu « papa » 😉


Calendrier de l’Avent 2022

Cette année, les enfants ont demandé d’avoir un calendrier de l’Avent sur les régions de France.
Pour cette dernière année à ouvrir ce calendrier tous ensemble, j’ai ressorti les ciseaux et préparé un tour de France des traditions de Noël.

Pour ceux qui se posent la question… J’ai sacrifié mon livre de littérature « Ottocento e novecento Antologia con pagine critiche e un profilo di storia lettararia »

Depuis août…

Depuis août :
-nous avons vécu la dernière rentrée en maternelle de Rémi, la dernière rentrée en primaire de Félix, la première rentrée au collège d’Agathe, la dernière rentrée au collège de Clémence et la dernière rentrée au lycée de Théodore…

-nous avons fait la connaissance de Sonic, notre hérisson (depuis le temps qu’on rêvait d’en avoir un dans le jardin !)



-Rémi a eu 5 ans et a dompté un dragon !



-Agathe a eu 11 ans (et un mot de sortie)

-nous avons pris des mesures radicales en matière d’aération… puis eu un nouveau toit !



-Clémence a eu un lapin…



-Christophe et moi avons une nouvelle chambre, idéale pour faire une photo de famille avant de la remplir !


-nous avons récolté nos premières olives

Oui, le casque est indispensable, un olivier peut être aussi violent qu’un saule… (les fans d’Harry Potter savent de quoi je parle !)

-Théodore a monté son alto chez le luthier


-Christophe est passé en Loire Atlantique… 😉

Grande nouvelle (annonce officielle)

Nos 6 enfants portant le même nom de famille !

Le 7 décembre 2021, une loi rétroactive est passée pour permettre aux parents d’enfant né sans vie de leur donner un nom.
Jusque là, nous n’avions le droit de ne donner qu’un ou plusieurs prénoms (ce qui est fou, car quand on regarde dans les archives, autrefois il était fait mention d’un enfant avec un nom de famille, la mention du sexe, mais pas forcément de prénom quand il était mort-né) (sombre histoire de personnalité juridique qui s’obtient à la naissance et se perd à la mort. Dans le cas d’une personne morte avant de naître, ça fiche le bazar !)

Donc la loi est passée pour modifier l’état civil, puis le décret d’application, puis celui pour la modification du livret de famille et quand tout enfin a été ok, on s’est lancé pour demander la rectification… Sauf que…

Ben c’est jamais simple.
Pierre est né à Tarare en février 2004. La maternité a fermé fin mars 2004, ça fait 18 qu’il n’y a plus eu de naissance et on se retrouve donc les premiers à faire la demande à la mairie.
Me doutant que ça allait être compliqué et qu’émotionnellement parlant, ça allait l’être encore plus, j’ai tout fait par messagerie électronique (ça évite d’avoir la voix qui tremble et de pleurer quand ça ne se passe pas comme prévu)


On tombe sur une première personne en mai qui quitte le poste et qui nous dit d’abord qu’on n’est pas concernée (heureusement, Agapa a fait un super boulot d’information, j’ai donc pu donner le lien) puis qu’il faut attendre que les éditeurs de logiciels les mettent à jour pour pouvoir procéder à la rectification et pour finir de voir avec sa collègue cet été.

Début juillet, je recontacte la mairie et là, quiproquo, la nouvelle personne qui suit mon dossier me dit que nous ne rentrons pas dans le cadre de la loi du 1er juillet.
Coup de panique, appel à ma copine qui bosse chez Agapa qui me dit qu’elle ne peut pas trop m’aider là tout de suite maintenant, car un bus a percuté l’immeuble de l’association et qu’elle essaie de joindre les assurances, mais que si rien ne bouge, je dois la recontacter en septembre avec le résumé de ce qu’on a fait pour qu’elle transmette le dossier à leur juriste.
1 mois après, j’apprenais que ma tante était dans le bus qui avait percuté l’immeuble… (pas de panique, Simone va bien).
Au bout de quelques heures, je fais le lien que la loi du 1er juillet, c’est celle qui permet à chaque personne de changer de nom de famille, donc rien à voir. Je recontacte « mon contact » (ça fait très agent secret, mais c’était vraiment une mission importante qui lui était confiée), mise au clair de ma demande et c’est parti… Enfin pas tout à fait, car elle partait en vacances et devait se renseigner sur la procédure, car elle n’en avait jamais fait et qu’elle ne voulait pas se tromper. Du coup, RV pris en août.

Août, courriel de la mairie de Tarare avec toutes les infos pour mener à bien notre projet et appel pour essayer de caler un RV.
RV impossible à poser (plus compliqué quand on n’habite pas à côté. Au final, on aurait pu faire la demande dans une autre mairie, mais comme on était tombé sur quelqu’un qui avait bien en main le dossier, on préférait rester avec elle), on décide donc d’envoyer tous les documents par la poste.
« Notre contact » a été hyper réactive, a fait la modification dès que le courrier est arrivé et nous a tenu au courant de la rectification le jour même et de l’envoi à notre mairie de notre domicile de tous nos documents (le livret de famille et une copie de l’acte d’enfant né sans vie rectifiée).

Grosse émotion de tenir ces documents. C’est assez compliqué à expliquer, parce que ça ne change rien au final, mais pour nous ça change tout : Nommer c’est faire exister.
Une envie de le crier au monde entier (et de mettre une enseigne lumineuse au cimetière pour que le monde entier soit au courant… par souci écologique, je fais juste une annonce ici !) et surtout le sentiment que tout est enfin à sa place (bon, si on voulait vraiment que tout soit parfait, il faudrait que dans l’acte d’enfant né sans vie la filiation soit vraiment établie et ne pas dire que moi, épouse de Christophe j’ai accouchée d’un enfant sans vie. Ce serait tellement plus humain de pouvoir avec un acte disant que nous sommes sa mère et son père… mais le nom, c’est déjà un grand grand pas. Vraiment un immense merci aux associations qui ont porté ça !).

Juillet

-Théodore avec son campanulo infadibuliforme et le placement de Dr Who à l’oral, part avec des points d’avance pour la suite du bac.

-Félix a été positif au covid, comme beaucoup de sa classe, au point qu’elle a fermé.

-On a fini par fêter le réveillon de Nouvel An avec les copains (annulé une première fois pour cause de covid chez eux, une deuxième fois pour cause de fête de l’école qui finalement a été annulée, car épidémie de covid). Bien sympa de faire ça en été !

-La salle de jeux a été vidée… 8 ans de salle de jeux avec 5 enfants… Il y en avait à trier/ranger/donner.

-Escape game à la librairie avec la série Sherlock Lupin et moi.

-Des dons de plasma (réussite d’1 sur 2 pour moi…)

-Des camps pour Agathe et Félix

-Des visites de contrôle de la vue pour 4 des enfants et pour l’instant, et la tendance semble se confirmer, lunettes que pour les filles.

-Une trompette ressoudée

-Du curcuma séché dans mon four solaire (voiture) et broyé (C’est un excellent colorant… même quand on ne voudrait pas)


-Une orthophoniste trouvée (annonce le matin par la mairie du village d’à côté de l’installation d’une ortho, le soir, elle n’avait déjà plus de place, mais ouf, on en avait une !)

-De nouvelles naissances chez les poules.



-Agathe a trouvé le béret de papy Gaston et ne l’a plus lâché



-On a observé les étoiles

-Félix a eu 9 ans

-Nous avons fêté notre anniversaire de mariage un peu en retard !



-Une demande de rectification d’état civil qui a été reportée à août et a finalement abouti (et j’ai des envies de panneaux lumineux clignotants pour annoncer cette bonne nouvelle (on restera sobre, c’est pas très écolo comme envie) qui fera l’objet d’un article à lui tout seul dès qu’on aura récupéré tous les papiers).