Plasma

Il y a environ 20 ans, j’ai voulu aller donner mon plasma.
Super accueil, car une nouvelle donneuse arrivait, remarque sur le fait que j’avais un très joli plasma (seule une infirmière de l’EFS peut faire un tel compliment ;-)) et puis galère, impossible de finir, veine merdique, papillon devant les yeux et on m’a dit de ne pas revenir et de rester au sang total.

Lors de mon dernier don de sang, courrier de l’EFS (d’habitude, je reçois ces courriers pour me dire que je suis anémiée) me disant que mon sang était de bonne qualité, avec un taux d’anticorps hépatite B élevé et que ce serait vraiment sympa si je pouvais donner mon plasma pour les grands brûlés et les prémas.

N’écoutant que mon courage (et flippant un max quand même), j’ai pris RV (en prévoyant un chauffeur au cas où je tombe dans les pommes !) pour faire un don.
Le médecin a demandé que ne soit prélevé qu’une petite poche pour éviter les soucis, le processus du don a été modifié en 20 ans et… tout s’est bien passé (par contre, le livre papier ce n’est pas une bonne idée, on ne peut pas tourner les pages. La liseuse est tip top pour ça !).
Je suis donc prête à y retourner, pas tous les 15 jours (je pense que mes veines ne supporteront pas le choc), mais de temps en temps ce sera possible (et puis 1h de tranquillité et de lecture, ça ne se refuse pas !)

Par contre… ce n’est toujours pas pour la qualité gastronomique du repas post don que tu y vas…


On peut admirer au passage mes nouvelles lunettes que je ne porte pas sur le nez à cause de la buée (d’où l’intérêt de les avoir, on est bien d’accord ;-))


Oui, j’avoue, je suis super fière d’avoir réussi à remplir ma poche avec comme seul souci quelques fourmis dans les doigts sur la fin !

WE à deux

Nous avons profité de papy et mamy pour se faire un WE à deux.
18h de tranquillité sans entendre « maman » en permanence, sans fesses à essuyer, sans repas à préparer… Le bonheur.

Et top du top, un resto avec que du fait maison et des produits locaux (si vous cherchez une adresse à Audincourt, La Brasserie du 7e art, vaut le détour) et une soirée ciné pour voir autre chose qu’un dessin animé 😉 (Kaamelott bien sûr !)

J’ai faillit me faire recaler à l’entrée du ciné. Mon QR code ne fonctionnait pas (enfin il n’arrivait pas à le biper), du coup, celui qui vérifiait m’a dit qu’il voulait juste voir que j’avais mes 2 doses de vaccin… Oui mais je n’en ai qu’une ! 1/1, car j’ai eu le covid, mais ça le perturbait un peu, donc retour vers le QR code et ouf, ça a bien noté valide on a pu y aller !


Expo dans le cinéma



Et une géocache 😉




Savons

Pas de création de savon pendant les vacances (mais ça n’empêche pas de chercher de nouvelles idées et de calculer les formules pour être prête pour la rentrée !), la manipulation de produit chimique avec les enfants dans les pattes, ce n’est absolument pas envisageable !
Par contre, l’étiquetage de ce qui est sec, ça c’est faisable ! Il reste encore plusieurs plateaux à faire, mais j’ai déjà un bon panel pour renouveler notre stock !





Jeu de piste dans Charlieu

Entre un passage à la médiathèque, un RV dentiste et une virée au resto, petit jeu pour trouver les numéros à inscrire sur le document de la « chasse au trésor ».

En ce moment, dans Charlieu, des costumes de scène sont exposés dans les vitrines des commerces inoccupés



et à la médiathèque,



et des statues se trouvent dans le centre ville (j’ai eu du mal à comprendre quand Clémence m’a dit qu’il y avait des statues colorées qui étaient noires (ma question à la base, portait sur la matière, mais la réponse colorées et noires, ce n’était pas possible, pour moi c’était soit colorées, soit noires… et bien si en fait, je n’avais juste pas la bonne vision de la chose !).




Et depuis le 1er juillet, il y a aussi des photos de costumes et un dépliant est à retirer à l’office du tourisme pour chercher les photos en faisant le tour des vitrines et ainsi trouver le numéro à inscrire à côté !




Les nouvelles de la semaine

Félix a enfin sa coupe trop bizarre.
Il est plus que ravi.

Némo a une nouvelle maman !
Prête pour l’éclosion des nouveaux oeufs !


Aujourd’hui, j’ai pu redonner mon sang ! Un autre effet de l’opération. Mon taux d’hémoglobine était carrément bon, je n’ai donc pas été recalée.
Petite victoire et surtout, un retour à la vie normale !

Et un de plus !

Mardi, je décide de faire le tour des ruches entreposées un peu partout, pour récupérer des cadres de corps et de hausse, je cire les cadres manquant pour avoir ce qu’il faut pour transvaser l’essaim de la ruchette dans une ruche.

Vendredi, en allant chercher les lunettes d’Agathe, je passe à Gamm vert pour racheter de la cire, au cas où il faille cirer en urgence des cadres pour utiliser la ruchette.

Samedi, messe expliquée pour les enfants se préparant à la communion.
En revenant, je dis à Agathe et Félix qu’il va falloir faire attention, car il fait beau, que c’est un temps parfait pour un essaimage.
Retour à la maison… bien sûr, un essaim était sur un poteau !
Opération cirage de cadres en urgence (finalement, on a utiliser directement un corps de ruche)
On avait prévu un barbecue… on a commencé par allumer l’enfumoir 😉

On l’avait promis à Félix, du coup, cette fois-ci, c’est lui qui nous a accompagnés. Plus fier que lui, ce n’est pas possible !

Récupération de l’essaim (enfin une partie).
On a fait s’éloigner Félix, parce que là, Christophe a tapé sur le poteau pour faire tomber les abeilles dans le couvercle, et même si ça ne craint pas, ça peut être vraiment impressionnant quand on est à côté. Du coup, Félix avait comme mission de pomper avec l’enfumoir, pour qu’on ait une bonne fumée plus tard !
Vidage dans la ruche (il manque un cadre pour faire de la place)
Elles rentrent dans la ruche !

Nous avons donc une nouvelle ruche, la 5e !

Entre deux samedis fériés

Voici les petites nouvelles du moment.

Deux nouveaux poussins sont nés, c’est toujours autant l’attraction de voir nos 5 petites boules de plumes suivre leurs mamans.


Nous avons investi dans une couveuse. Des années que j’en rêve, cette fois-ci, elle est là. Pour l’instant, un seul oeuf est dedans, celui qui n’a été couvé qu’une semaine par maman poule n°2. Pour lui laisser une chance, nous l’avons mis en couveuse. Dans quelques jours nous pourrons le mirer pour voir si un poussin se développe ou pas.

Et ensuite… l’objectif est d’avoir des poules Marans et Araucana pour avoir des oeufs colorés (chocolat pour les Marans et vert pour les Araucana), on cherche donc des oeufs de ces races pour les mettre en couveuse (mais pas avant deux semaines)

Et l’autre info importante, c’est que grâce à l’ouverture de la vaccination pour les personnes obèses, j’ai pu être vaccinée contre le COVID.
Ouverture à la vaccination le vendredi et RV obtenu pour le samedi matin (oui oui le premier mai).
Très impressionnée par l’organisation. Malgré le nombre, tout était hyper fluide.
Comme j’ai déjà eu le COVID, j’ai la chance de n’avoir qu’une seule dose (danse de la joie !). Pour ceux qui se demande, juste une réaction de contact, avec une douleur comme si j’avais un gros bleu au bras, puis un cercle rouge et chaud les jours suivants.
En vrai, le plus dur dans la vaccination, ça a été les 15 minutes d’attente à regarder les spots soi-disant humoristiques faits par la ville de Roanne (je suis mauvaise langue, le spot de présentation de l’aménagement des bords de Loire était intéressant).
Et alors, la vraie méga grosse déception… Je ne capte pas la 5G. Bon, ok, on a la fibre, alors on s’en fiche un peu, mais quand même. 😉
Soulagée d’être vaccinée, déjà parce que rien que l’idée d’être une deuxième fois malade, avec les séquelles respiratoires et de fatigue derrière c’était inimaginable, mais surtout, là au moins, si jamais le COVID s’invite de nouveau chez nous, il y aura au moins un adulte qui ne sera pas cas contact et qui pourra assurer le quotidien en termes d’intendance.

Autrement, les deux grands sont retournés en cours (Théodore continue l’alternance, mais une semaine sur deux maintenant) et demain, la cantine fonctionnera de nouveau pour Théodore (et ça aussi c’est cool, ça fait une chose de moins à penser).

Les cours de musique continuent en visio… quand il n’y a pas de loupé…

Et on attend le coup de fil pour aller chercher de quoi parfaire la nouvelle tête d’Agathe (et essayer de diminuer ses maux de tête).

Côté lectures, gros coup de coeur pour
-la série « Grisha » de Leigh Bardugo (j’avais lu la série « Six of Crows » il y a quelques années, mais elle avait fait mourir un des héros et je lui en voulais un peu… du coup j’ai mis du temps à lire son autre série ;-)) qui est une série pour ado (oui encore… d’ailleurs, avec Clémence on a lu « Hunger Games » juste avant)
-« Et que ne durent que les moments doux » de Virginie Grimaldi (des larmes et du rire… et des larmes… et du rire)
-« La fille du déménageur » de Caroline Vermaille (celle qui a écrit la série « Sixtine »). Petite nouvelle lu presque entièrement en attendant le RV ophtalmo (il restait 10 lignes ! Première fois que je râle de ne pas patienter plus chez un médecin !)

Fin de vacances

Avant le retour à l’école, nous avons

-Récupéré et couvert les nouveaux livres de la bibliothèque de l’école (ce qui veut dire avoir 80 livres tout neufs en avant-première !)

-Fait un nouveau drapeau de pirate. Parce qu’on ne sens rend pas compte, mais un drapeau de pirate, même sans l’air marin, ça s’use quand même.

-Récupéré un essaim
« Maman, on va bientôt plus pouvoir aller aux poules, y’a plein de trucs qui piquent qui volent ». Félix a donc vu un essaimage, et nous, nous sommes allés le récupérer, avec Agathe qui a adoré pouvoir profiter d’une leçon d’apiculture.


-Eu des naissances de poussins. 3 pioupious tout neufs et une autre poule devant être de nouveau maman à la fin de la semaine si tout se passe bien.



-Étrenné le nouveau coupe-savon fabriqué pour l’occasion.

C’est reparti pour un tour

En cette veille de retour à l’école à la maison, avec nouveauté cette année, 5 niveaux pour nous et 4 cours d’instrument en visio, voici un petit aperçu de nos dernières semaines.

En vrac :

On a fêté l’anniversaire de Pierre, qui aurait eu 17 ans cette année. C’est fou de voir comme le temps passe. C’est fou surtout de se dire que ça fait 17 ans, alors qu’il y a 17 ans, on ne savait même pas si on allait arriver à survivre à la première journée, la première semaine, le premier mois…

Nous avons testé le resto à domicile. Trop bien de pouvoir se faire un resto en famille.
D’abord le don Camillo, resto italien de Roanne, puis la belle découverte, le bistro Kalinka à Charlieu où on a pu découvrir la nourriture russe.

On a continué nos virées à la médiathèque, même si dernièrement c’était un peu compliqué puisque leur serveur a brûlé.
Les choses reviennent doucement à la normale pour eux… donc pour nous !

Théodore a eu 15 ans ! Il me dépasse 😀
Et il a pu demander comme gâteau d’anniversaire un sablé du milliardaire sans craindre de perdre une bague avec le caramel (oui c’est du vécu !)

Les poules ont eu les plumes coupées après une folle course poursuite dans le pré avec Théodore dans le rôle du rabatteur et Félix dans celui d’attrapeur ! Même les coqs ont pu être attrapés (On me dit dans l’oreillette que les filles ont aussi attrapé des poules !)

Agathe et Clémence sont passées chez le coiffeur. Maintenant Félix rêve d’avoir une coupe trop bizarre comme Agathe.


Le premier avril, nous avons décoré le portail avec des poissons en osier…

Nous avons récupéré pas mal d’osier ce qui a permis de faire un enclos en plessage pour les fraises, une structure pour les grippant et deux trois essais assez sympas.



Les cloches ont été généreuses pour Pâques (et les voisins aussi)

L’approche de ce nouveau confinement ne nous perturbe pas plus de ça. Ça fait un moment qu’on l’attendait.
Il faut dire que je ne supporte plus les gens sans masque, qui ne se lavent pas les mains et qui ne respectent pas les distances (le primeur avec le masque au milieu du nez, le boucher sans masque, la catéchiste qui entasse les enfants sur un banc alors que des bancs ont été réservés pour justement avoir l’espace qu’il faut, la personne qui fait la quête avec le masque sous le nez, les parents qui ne se lavent pas les mains en rentrant dans l’école, ceux qui attendent dehors avec le masque sous le nez, etc.)
Je ne supporte plus les gens et leur égoïsme (je suis jeune, je ne risque rien).
Autour de nous, les re-contaminations se font de plus en plus nombreuses et étant donné les séquelles de notre contamination d’octobre, nous sommes vraiment vigilants à ne pas être porteur de ce virus pour les personnes fragiles (et accessoirement ne pas l’attraper de nouveau).
Bref, c’est reparti pour refaire notre bulle. Nous ressortirons pour faire le marché (mais plus à Coutouvre puisque les vendeurs ne portent pas de masque) en sélectionnant les endroits où les gens respectent les règles et peut-être (sûrement) pour refaire le plein de livres, mais autrement, ce sera chez nous en savourant la joie d’avoir un grand terrain.

Quelques nouvelles

La nouvelle mauvaise de ce début d’année, c’est la mort de Lambert, notre mouton.
Nous l’avons eu quand ce n’était qu’un agneau qui tétait encore sa mère, c’est avec lui que j’ai appris à faire les piqûres d’antibio dans le gras du cou (sur un agneau de Ouessant, le gras du cou, c’est une notion étrange) et surtout, c’était notre mouton le plus câlin et le grand copain des enfants.
Impossible de savoir ce qu’il a eu, pas de blessure apparente, ça restera un mystère.
Polynectar reste donc seul au milieu des poules.

La bonne nouvelle, c’est que j’ai enfin été opérée vendredi.
Jusqu’au bout on a craint un nouveau report, mais ça y est, cette fois-ci c’est fait et si tout va bien, le début d’une nouvelle vie commence pour moi.
Rendez-vous dans 3 mois pour faire le point.
Maintenant, il n’y a plus qu’à espérer que mes filles et mes futures petites-filles ne souffriront pas d’endométriose ou que du moins celle-ci sera prise en charge beaucoup plus vite.