Expo manga et concours de dessin

La bibliothèque du village organisait une expo Manga et un concours de dessin.

Soyons honnêtes, le Manga, ce n’est pas vraiment notre truc… MAIS il y avait un concours et à l’approche de la date limite, personne n’avait participé (et ça craignait un peu quand même) et… il y avait des bons d’achat à la librairie à gagner…
On s’est donc motivé et on a fait ce qu’on a pu, mais nous sommes quand même arrivés avec 5 dessins (vive les familles nombreuses pour donner l’impression qu’il y a beaucoup de participants).

Super héros qui s’entraîne à la piscine !

 

Bien sûr, il a fini par y avoir d’autres participants, bien plus doués que nous… MAIS, Félix a quand même fini premier de sa catégorie (ok, seul participant, mais quand même). Par contre, méga grosse déception, pas de bon d’achat pour lui, mais une pochette cadeau.
Le drame du jour de découvrir qu’il n’allait pas pouvoir aller choisir le livre qu’il voulait à la librairie. On a donc compris que c’était le cadeau de ses rêves (à bientôt 5 ans, ça peut paraître étonnant !).
Tous les participants étaient primés, on a donc ramené quelques cadeaux 🙂

Les 4 grands ont pu participer à l’atelier papercraft et ont ramené leurs créations à la maison !
Stars wars version minion reste le plus drôle !

 

Des nouvelles des abeilles

Cette année, nous avons un peu délaissé les abeilles et n’avons pas été au top niveau soin à leur apporter pour l’hiver. À croire que l’arrivée de Rémi nous a un peu occupés…
Résultat, on a perdu des ruches.
Nous avons donc démarré l’année avec 3 ruches (c’est bien, on voulait réduire le cheptel, par manque de temps et de nourriture, on avait d’ailleurs donné deux ruches l’an passé pour cette raison).
3 ruches, c’est bien quand on n’a pas trop de temps, mais c’était sans compter nos abeilles qui profitant de notre manque de suivi ont décidé d’essaimer.

Premier essaimage le 6 mai, qu’on a pu aller récupérer à deux (forcément, juste après qu’on ait fini de refaire le grillage pour éviter que les poules se sauvent, donc grillage bien tendu, branches coupées… quasi aucune prise… mais comme à deux on est plus fort, on a eu l’idée de les enfumer pour les faire aller sur une branche accessible en hauteur. Elles ne sont pas allées sur celle que je visais, mais c’était néanmoins parfait pour les récupérer.)
On a pu les mettre en boîte assez facilement finalement.

Deuxième essaimage pendant l’absence de Christophe, le 11 mai; alors que j’étais seule à la maison avec Rémi… trop facile !
Heureusement qu’il y a des personnes qu’on peut appeler à l’aide pour venir garder le loustic pendant qu’on part à la chasse aux abeilles !
Et comme c’est devenu ma spécialité, elles étaient une fois de plus, côté champ de blé…
Au final, une récupération assez facile et rapide.
Et le soir, c’est avec Clémence, fière comme un paon 😉 que je suis allée récupérer la ruchette pour la mettre en place chez nous.

14 février

Cette année, notre petit garçon aurait eu 14 ans.

Tellement de choses se sont passées quand j’ai eu 14 ans, que cet anniversaire a été difficile (enfin, il est difficile chaque année, mais cette année avait une saveur particulière).
Lorsque j’avais 14 ans, j’ai rencontré Christophe, prémices de notre vie actuelle.

Pierre aurait donc 14 ans et cette mise en parallèle est difficile. Une fois de plus on se rend compte de tout ce qu’il ne vivra pas, tout ce que nous ne vivrons pas avec lui.

Le 14, il a neigé : petit coucou de notre loulou pour nous aider a passer cette journée.

Pour fêter cet anniversaire, nous avons fait une photo de famille… enfin deux, difficile de rester sérieux, quelle que soit la difficulté de la journée.

Déguisements

Pour Noël, Félix a demandé un costume de chevalier (facile) et un de cheval (bien moins facile).

Je me suis donc trituré les méninges pour qu’il puisse avoir ce qu’il voulait sous le sapin. Il savait que c’était moi qui faisais le costume, il a fait les essayages, pas de tromperie là-dessus.

Le jour de Noël, chez mes parents, il ouvre le paquet et je le vois blêmir et venir vers moi pour me dire « y’a un problème, je vais avoir deux costumes de cheval ».
Non, non, t’inquiètes pas mon grand, c’est celui que je t’ai fait.
Bon, ok…

Deux jours plus tard « Mais comment il a fait le Père Noël pour m’apporter le costume que tu m’as fait ? Il est venu le prendre à la maison ? »

Le Père Noël, ce voleur…

Bref, j’ai découvert que Félix croyait au Père Noël 😉

En tout cas, Félix était ravi et le défi déguisement a une nouvelle fois été relevé 😉

Montgolfière

Félix a fait sa liste de Noël.
Dessus, une montgolfière.
« Tu sais le ballon où tu allumes du feu et ça le gonfle et ensuite il s’envole ».

Oui oui, prends-moi pour une andouille, je sais ce que c’est une montgolfière !

On est donc à la recherche d’une montgolfière playmobil… le truc qui n’existe pas…

Rémi

Lundi 9 octobre, je suis rentrée à l’hôpital pour être déclenchée.
C’était prévu depuis plusieurs mois après discussion (rapide) avec la gynéco qui me suivait. Comme pour les autres, une naissance avant le terme de la naissance de Pierre a été proposée.
Comme d’habitude, on savait que le déclenchement était prévu le 9 mais on savait aussi qu’en fonction du monde en salle de naissance, ça pouvait être décalé et surtout, on savait bien qu’un déclenchement, ça ne fonctionnait pas toujours (on l’avait vécu pour Agathe et Félix avec 2 déclenchements à chaque fois).
Lundi, donc, à 8h, j’étais à l’hôpital en salle de naissance pour la pause du 1er déclenchement. Le reste de la journée s’est passé dans la chambre à attendre que les choses se mettent en route… ce qui n’est pas arrivé !
Mardi, comme rien ne s’était passé, retour en salle de naissance pour le 2e déclenchement, puis retour dans la chambre à attendre que quelque chose se passe…
Mercredi, toujours rien… retour en salle de naissance et après discussion entre la sage-femme et le gynéco de garde, décision de passer à la perf’ d’ocytocine pour le 3e déclenchement.

Cette fois-ci, ça a fonctionné !
Au changement d’équipe, nous avons eu la joie d’avoir une jeune sage-femme qui a vraiment pris le temps d’être à notre écoute et nous a expliqué les différentes manips’ qu’elle faisait (augmentation ou diminution de la vitesse de la perf’, potion magique et autres trucs), a proposé des draps chauds et des bacs de glace pour essayer de diminuer les douleurs et surtout a vraiment été présente pour nous accompagner, même quand les choses sont devenues critiques.

La fin de l’accouchement a été tendu, avec un rythme cardiaque foetal qui diminuait beaucoup,  une interne appelée pour faire une écho pour voir la position de la tête (en O.S pour les initiés), les gynécos appelés pour se préparer pour le bloc (la césarienne s’est jouée à quelques minutes), une position testée pendant la contraction pour faire se tourner le petit bout et un petit garçon qui est né en quelques minutes une fois que la tête a été mise dans le bon axe (et donc le bloc annulé… ouf !).

Rémi est né à 1h11, jeudi 12 octobre.

Et ensuite, on a découvert la notion de « sortie précoce » à l’hôpital de Roanne…
Alors qu’à Villefranche on était sorti à J1 pour les deux derniers, là, c’était au mieux J2 et au final, ça a été J3…
On s’est fait enguirlander parce qu’à J2 on a osé sortir dehors pour prendre l’air (en laissant un mot avec notre numéro de téléphone s’ils avaient besoin de nous joindre) et que ça ne se fait pas (bienvenue en prison !).
Quand j’ai parlé de sortie contre avis médical, j’ai été menacée d’hospitalisation d’office du bébé (alors que tout était prévu pour le suivi à la maison et à l’hôpital pour les visites obligatoires… tout ce qui changeait c’était que je ne dormais pas sur place et que je coûtais moins cher à la sécu…).
Bref, franchement une mauvaise expérience…

Par contre, le service de néonat’ est topissime.
Nous avons eu droit à une hospi de 24h pour 3 séances de 3h de photothérapie pour cause de jaunisse. Là, les soignants sont adorables et vraiment prévenants que ce soit avec les bébés ou avec les parents (ils m’ont dégotté une chemise d’hôpital pour la nuit (parce que je n’avais pas prévu qu’on resterait dormir et sont venus voir si j’avais pu me débrouiller pour trouver de quoi manger).

Depuis une semaine nous sommes définitivement à la maison et tout semble plus facile. Les nuits même si elles ne sont pas parfaites sont quand même plus reposantes qu’à l’hôpital et surtout nous sommes tous ensemble !

Nous découvrons les regards interloqués quand à la question « c’est votre 1er » on répond « non, le 6e » 😀 et les interrogations concernant le 4e prénom de Rémi (Rémi, Pierre, Antoine, Sixte).

La vie est belle !

Nantes, 7 ans après !

Il y a 7 ans, lors d’un passage éclair à Nantes avec à l’époque juste Théodore et Clémence, nous avions voulu aller faire un tour d’éléphant, mais celui-ci était trop fatigué et nous avions dû partir en promettant à Théodore de revenir…

Et puis Agathe est arrivée, puis Félix, un déménagement… et nous avons repoussé… mais cette année, nous avons décidé de profiter des vacances pour repartir à Nantes et cette fois-ci, Théodore a eu son tour d’éléphant !

Nous avons profité du passage là-bas pour aller à Guérande voir les marais salants, puis pour aller à l’océan (et je confirme qu’en vraie fille de la montagne, la mer, c’est pas mon truc… ça sent la marée, l’eau est salée et il y a des algues !), avons ramené du sel (ben oui, O-BLI-GÉ),  des souvenirs utiles et… Monique !


Utilisation à plein de la voiture pour emmener la tante de Christophe chez François(e) avant de rentrer chez nous. 7 dans la voiture, ça laisse peu de place pour du surplus de bagages ! On a donc profité du séjour pour apprendre à voyager léger en prévision de l’arrivée de Sixte ou Sixtine ! Ça le fera, à condition d’avoir toujours une machine à laver là où on partira en vacances 😉