Basilou

Dans la classe de Rémi, il y a Basilou, une peluche ours qui vit dans la classe.
Basilou, grande star des maternelles…

Pour la St Rémi, j’avais en projet de lui faire un range pyjama en forme de Basilou.
J’ai donc acheté le patron du range-pyjama hibou et l’ai modifié en suivant les consignes de Rémi pour les couleurs (dans la poche de devant il y a une guirlande de Noël led, ce qui permet de l’allumer le soir).

Le problème… C’est que je l’ai fini lundi soir ! Donc il a été adopté de suite, impossible d’attendre vendredi pour le récupérer.

Basilou a donc accompagné Rémi à l’école et lui a fait coucou à travers la fenêtre dès le mardi !

Covid suite

Cette grippette de rien du tout dont il ne faut pas faire tout un plat, aura quand même laissé des traces…

Le 24 décembre, l’hôpital m’a appelé pour reprogrammer mon opération en février.

Jeudi, j’avais RV avec l’anesthésiste (on passe sur le fait que tout le monde pense que début février, ça s’annonce compliqué pour que l’opération soit maintenue, ils s’attendent à une re-fermeture des blocs imminente, enfin bon, on verra) et alors que normalement c’est une anesthésie générale, là, elle m’a annoncé que puisque j’avais eu le Covid (la covid je ne m’y fais pas), ce serait une rachi anesthésie afin de préserver mes poumons. Non pas qu’il y ait un risque avéré, mais que comme personne ne sait, ils ne veulent prendre aucun risque du moment où ils peuvent l’éviter (oui ben effectivement, merci de penser à moi ;-)).
J’ai vraiment apprécié que l’anesthésiste me dise « on ne sait pas » et pas qu’on me mente sur le sujet. Bref, on protège mes poumons et alors que j’ai évité deux césariennes (et donc deux rachis), je vais tester bientôt (enfin peut-être bientôt). Et la petite phrase lorsqu’elle m’a donné mon ordonnance pour la prise de sang « on va tout vérifier pour que tout se passe bien, vous avez 5 enfants qui ont besoin de vous ». Heureusement que c’est qu’une intervention qui dure une 15aine de minutes et qui n’a quasi aucun risque, autrement, j’aurai un peu flippé quand même !

En attendant, reprise de l’entraînement pour revenir à ma capacité respiratoire d’avant covid. Ce n’est pas encore parfait, mais petit à petit, ça revient (il faut dire que je suis partie de tellement loin, que mon niveau actuel est plus que bon !)

41 !

Un petit dej’ en silence, un cadeau inattendu et d’autant plus apprécié, un cou bien au chaud, une visite chez l’ostéo pour une remise en forme express, un nouveau sac à dos, ultra confortable avec plein de poches (pour les masques, le slip de rechange du petit dernier au cas où, la trousse de secours, les livres des uns et des autres, une petite voiture, des mouchoirs, des crayons de couleur, etc.) un collier et des dessins et une découpeuse qui finalement restera chez nous !

Merci à tout le monde pour vos messages.

Pull moche

Vendredi après-midi, nous avons eu un message du lycée annonçant le concours de pull moche pour la semaine qui vient et plus précisément pour lundi pour le groupe de Théodore.
On n’avait absolument rien qui pouvait faire l’affaire, c’était donc l’occasion de sortir le fil et les aiguilles.

Théodore n’était pas très emballé au début par notre enthousiasme, mais finalement, il lui plaît bien, même s’il est déçu, car il va sûrement perdre le concours, car le pull est trop chouette !



Clémence espère qu’il n’ira plus à Théodore dans 15 jours et qu’elle va pouvoir le récupérer.

Christophe a mis la touche final en ajoutant des boules de Noël !

Calendrier de l’Avent

Il y a quelque temps, j’avais repéré ce calendrier. Je le trouvais complètement génial et il me faisait vraiment vraiment envie, mais en période post covid, clairement, je n’avais pas l’énergie de m’y mettre.
Et puis quand même, il est extraordinaire…


On s’est donc lancé ce WE avec Christophe pour le faire.



Nous avons donc la base (merci à la découpeuse sur qui on peut compter quoi qu’il arrive) et chaque jour de décembre jusqu’à Noël, nous partirons dans un coin du monde pour découvrir une tradition de Noël et compléter le calendrier.

Fatigue

Mercredi, je suis allée à Charlieu, pour faire les courses pour une voisine et pour nous, récupérer et envoyer des colis, passer à la médiathèque, faire 2/3 courses dans les magasins de la ville (pharmacie, magasin bio, etc.), le marché, récupérer Clémence, faire du troc à la sortie du collège avec les profs 😀
Ça a duré 2h. Deux heures à marcher ou piétiner.
Dernier magasin, la vendeuse me dit que j’ai l’air essoufflée (je suis juste au bout de ma vie là !)…
Retour à la maison, heureusement c’est mercredi, les grands sont là.
Je suis juste allée me reposer les yeux 5 minutes… et 3h après je me suis réveillée.
Clairement, va falloir du temps pour récupérer notre forme d’avant ! Heureusement que l’école de musique est fermée, d’habitude le mercredi je passe 6h sur place pendant que les uns et les autres ont cours. Je n’ose même pas imaginer mon état à poireauter dans le froid aussi longtemps.

Point santé

Avant hier, Christophe a fait un point santé post covid assez démoralisant. Normalement, il devait faire un trail hier, autant dire qu’au vu de ses résultats lors de sa reprise de la course samedi, ce n’était même pas envisageable…

À mon tour de faire un petit point. L’idée ce n’est pas de se faire plaindre, juste de donner une idée de ce que le covid donne sur des personnes en relativement bonne forme physique.
Clairement, je ne suis pas une grande sportive, mais en fin de confinement, nous avons acheté un vélo d’appartement pour garder une activité physique à la maison. Les premiers temps ont été durs, mais cet été je faisais mes 100km par semaine, avec un niveau de difficulté autour de 8 (enfin en oscillant entre 4 et 11, histoire de faire de l’entrainement cardio).
Clairement, en septembre avec mes hémorragies et mes AR à l’hôpital je n’ai rien fait et avec le covid, octobre a été lui aussi sans exercice (déjà se lever était compliqué).

J’avais déjà été alarmée en voyant la difficulté que j’avais de faire le trajet à l’école (400m), en ayant du mal à reprendre mon souffle et en toussant comme si j’avais fumé des gitanes maïs depuis toujours et en mettant 20 minutes (et en faisant des pauses) pour revenir de la poste.
Aujourd’hui, comme depuis une semaine de trajets à l’école, ça va mieux (comprendre je n’ai plus l’impression que je vais mourir en arrivant à l’école), je suis remontée sur le vélo.
J’ai tout donné et fait… 25 minutes en difficultés 2/3. Beaucoup de mal à reprendre mon souffle après (et depuis, j’ai mal aux genoux comme ce n’était pas arrivé depuis bien bien longtemps, eux aussi ont peu été utilisés depuis notre test +).

Donc voilà, il y a du mieux, j’arrive maintenant à parler au téléphone ET monter les escaliers en même temps sans avoir besoin de reprendre mon souffle pendant 5 minutes après, mais Christophe et moi n’avons pas du tout retrouvé notre capacité respiratoire d’avant…

Tout ça pour dire que c’est du sérieux et que vraiment, si tout le monde pouvait faire un effort et faire en sorte de ne pas être vecteur du virus, ce serait vraiment top. Parce que ce n’est pas de la rigolade, ce n’est pas juste une invention du gouvernement pour nous aliéner, ce n’est pas un truc juste pour nous faire accepter des vaccins, ce n’est pas juste une punition divine, et on ne se protège pas du virus avec de l’eau bénite et du sel. Bref, on arrête les bêtises (et on arrête de nous partager ce genre de stupidité), on prend ça au sérieux et on se protège (et par le même coup on protège les autres) !

Clémence a elle aussi brillamment échoué au test COVID.
J’ai passé la journée a essayer de joindre la CPAM, puis le collège pour qu’elle puisse retourner en cours lundi.

Mais ça c’était avant…

Avant que l’hôpital m’appelle pour me dire que le test PCR que j’avais passé le matin était positif.

Opération annulée, confinement familial.

J’attends l’appel de l’ARS pour avoir la marche à suivre.

Les nouvelles du moment

Théodore est confiné depuis ce WE. Nous avons eu un appel du proviseur samedi après midi (j’avoue, ne reconnaissant pas le numéro, je n’ai pas décroché. Faut arrêter de m’appeler sur le portable si on n’est pas identifié… du coup, c’est Christophe qui a eu l’appel juste derrière), nous annonçant qu’il était cas contact et devait être confiné.
Il a passé son test PCR mardi après-midi et depuis on attend les résultats, demain après-midi au mieux.
Bien sûr, notre grand qui maintenant a des copains a des copains confinés !
Avant il n’avait pas d’amis et tout allait bien, maintenant, il en a et est cas contact… On en rigole, c’est quand même très fort. Ils ont donc leur groupe de discussion des confinés en attendant de pouvoir retourner au lycée.

Les autres continuent leur scolarité en attendant le résultat du test de Théodore. On limite quand même un max, au cas où.

Côté musique, mes oreilles sont en train de mourir… En plus de débuter le cornet avec un enthousiasme qui fait plaisir à son prof (et un peu moins à maman en fin de journée, après les devoirs et quand je n’aspire plus qu’à du calme et de la sérénité…), Félix grâce au partenariat avec le conservatoire à l’école, débute… l’alto. Heureusement, il n’a pas encore ramené l’instrument, mais je me prépare…
Son prof de cornet est ravi de ses progrès et il m’a dit aujourd’hui qu’il était content d’avoir un élève avec autant de vocabulaire et qui savait ce qu’il voulait et qui le disait (j’ai failli lui dire « et qui vous saoule ? »). Pour l’avoir vu au premier cours, il est capable de souffler dans son cornet et de parler en même temps (ceci dit, un jour, pendant qu’il se faisait soigner une carie, il est arrivé à faire l’article à la dentiste au point qu’à la fin elle est venue me dire qu’elle allait se renseigner sur « les aventuriers du rail », parce que ça avait l’air vraiment bien)

Agathe avance bien et vite en guitare. Le prof apprécie qu’elle sache déjà lire une partition (l’avantage d’avoir déjà deux ans d’instrument derrière elle).

Clémence… on ne sait pas 😀 Il faudra quand même que j’arrive à voir la prof un de ces quatre pour savoir ce que ça donne. En tout cas, elle apprécie toujours son instrument et prend plaisir à en faire.

Et Théodore et son violon… Il progresse carrément bien et trouve que c’est plus facile que l’alto puisque plus petit et donc plus facile à positionner les doigts. Sa prof est vraiment extra et ça, ça change vraiment tout. Il a eu son cours en visio aujourd’hui… forcément !

Concernant Rémi, impossible de savoir ce qu’il fait à l’école si ce n’est qu’il a « joué dehors »… ça nous change de Clémence qui ne nous racontait uniquement qu’elle avait fait pipi puis d’un ton désespéré « on a ENCORE joué ».
Heureusement, on a son cahier tous les WE pour avoir une petite idée de la chose.

Côté parents, un petit tour aux urgences et une opération programmée pour moi… L’endométriose refait des siennes et il faut passer au niveau au-dessus pour la combattre.

Christophe lui continue de vivre dans sa grotte, pardon de télétravailler sans voir personne ou presque, au point que c’est ma voiture qui doit faire le plus de km par semaine. Le truc improbable.

Et pour finir ce petit tour des nouvelles, les poules et les moutons vont bien et nous croulons sous les pommes (on en donne autour de nous, mais il en reste encore une quantité délirante sur l’arbre).

Rempaillage

Félix étant passé à travers une chaise (Ah bon ? Vous m’avez dit de ne pas monter dessus ?), il a fallu réfléchir à comment la réparer.

Après des recherches sur internet sur le rempaillage de chaise, avoir commencé à chercher où trouver des cordes d’escalade bonnes à jeter (d’ailleurs si vous avez un bon plan pour en trouver, pensez à moi), j’ai découvert la technique de rempaillage avec du tissu.
Donc acte.
Pour ceux qui voudraient se lancer, l’idée c’est de couper des languettes de tissu de 10 cm et les plier comme un biais, puis replier en deux. Ensuite on torsade et on tend bien tout en entrelaçant.
Là, j’ai utilisé un drap-housse et l’équivalent d’1/2 en plus d’un autre tissu.