14 février

Cette année, notre petit garçon aurait eu 14 ans.

Tellement de choses se sont passées quand j’ai eu 14 ans, que cet anniversaire a été difficile (enfin, il est difficile chaque année, mais cette année avait une saveur particulière).
Lorsque j’avais 14 ans, j’ai rencontré Christophe, prémices de notre vie actuelle.

Pierre aurait donc 14 ans et cette mise en parallèle est difficile. Une fois de plus on se rend compte de tout ce qu’il ne vivra pas, tout ce que nous ne vivrons pas avec lui.

Le 14, il a neigé : petit coucou de notre loulou pour nous aider a passer cette journée.

Pour fêter cet anniversaire, nous avons fait une photo de famille… enfin deux, difficile de rester sérieux, quelle que soit la difficulté de la journée.

Mots d’enfants 2018 #1

Agathe : Quand j’aurai 7 ans j’aurai le droit de rentrer toute seule de l’école.
Félix : Et moi quand j’aurai 18 ans, je rentrerai tout seul.
Agathe : Oh ben là, tu seras au moins au collège.

***

Félix : On est quel jour ?
-le dimanche 18 février 2018
Félix, portant tous les malheurs du monde : Bon ben ça sert à rien !

???

***

À Félix qui ne voulait pas qu’on tue les oiseaux pour les manger
Clémence : Et tu crois qu’on l’a comment la viande, qu’on plante une graine et que ça pousse ?
Félix : Ben non, faut arroser !

***

À table, ça fuse de tous les côtés :
-Merci Félix d’avoir épluché les pommes de terre
-Merci Agathe et merci moi d’avoir épluché les pommes de terre
-Merci maman d’avoir fait le repas
-Merci Rémi de nous donner du bonheur

***

« Maman, j’te regarde, parce qu’autrement je saurai pas jouer quand je serai papa ».

Toutes les excuses sont bonnes pour Félix

***

Jeux du bac avec les grands
Clémence : Australopithèque, c’est un métier ?
Théodore, case végétaux : Gorgonzola !

Les J.O.

Clémence « Moi je suis pour les Norvégiennes, parce qu’elles ont le nom de ma pizza préférée »

***

Félix « Et bien moi je ferais ça (biathlon) quand je serai papa »

***

Clémence : oh la la, il est dernier, c’est nul !
Moi : Oui il est dernier, mais il est plus fort que tout le reste du monde qui n’a pas joué, et lui au moins il a participé aux jeux, nous ça nous arrivera jamais.
Clémence : Ben si, Félix il a dit qu’il voulait les faire… d’ailleurs Félix tu voudras être dans l’équipe des filles ou des garçons ?

Clémence qui a l’espoir que son frère devienne une Norvégienne… comme les pizzas !

***

 

Rémi

Lundi 9 octobre, je suis rentrée à l’hôpital pour être déclenchée.
C’était prévu depuis plusieurs mois après discussion (rapide) avec la gynéco qui me suivait. Comme pour les autres, une naissance avant le terme de la naissance de Pierre a été proposée.
Comme d’habitude, on savait que le déclenchement était prévu le 9 mais on savait aussi qu’en fonction du monde en salle de naissance, ça pouvait être décalé et surtout, on savait bien qu’un déclenchement, ça ne fonctionnait pas toujours (on l’avait vécu pour Agathe et Félix avec 2 déclenchements à chaque fois).
Lundi, donc, à 8h, j’étais à l’hôpital en salle de naissance pour la pause du 1er déclenchement. Le reste de la journée s’est passé dans la chambre à attendre que les choses se mettent en route… ce qui n’est pas arrivé !
Mardi, comme rien ne s’était passé, retour en salle de naissance pour le 2e déclenchement, puis retour dans la chambre à attendre que quelque chose se passe…
Mercredi, toujours rien… retour en salle de naissance et après discussion entre la sage-femme et le gynéco de garde, décision de passer à la perf’ d’ocytocine pour le 3e déclenchement.

Cette fois-ci, ça a fonctionné !
Au changement d’équipe, nous avons eu la joie d’avoir une jeune sage-femme qui a vraiment pris le temps d’être à notre écoute et nous a expliqué les différentes manips’ qu’elle faisait (augmentation ou diminution de la vitesse de la perf’, potion magique et autres trucs), a proposé des draps chauds et des bacs de glace pour essayer de diminuer les douleurs et surtout a vraiment été présente pour nous accompagner, même quand les choses sont devenues critiques.

La fin de l’accouchement a été tendu, avec un rythme cardiaque foetal qui diminuait beaucoup,  une interne appelée pour faire une écho pour voir la position de la tête (en O.S pour les initiés), les gynécos appelés pour se préparer pour le bloc (la césarienne s’est jouée à quelques minutes), une position testée pendant la contraction pour faire se tourner le petit bout et un petit garçon qui est né en quelques minutes une fois que la tête a été mise dans le bon axe (et donc le bloc annulé… ouf !).

Rémi est né à 1h11, jeudi 12 octobre.

Et ensuite, on a découvert la notion de « sortie précoce » à l’hôpital de Roanne…
Alors qu’à Villefranche on était sorti à J1 pour les deux derniers, là, c’était au mieux J2 et au final, ça a été J3…
On s’est fait enguirlander parce qu’à J2 on a osé sortir dehors pour prendre l’air (en laissant un mot avec notre numéro de téléphone s’ils avaient besoin de nous joindre) et que ça ne se fait pas (bienvenue en prison !).
Quand j’ai parlé de sortie contre avis médical, j’ai été menacée d’hospitalisation d’office du bébé (alors que tout était prévu pour le suivi à la maison et à l’hôpital pour les visites obligatoires… tout ce qui changeait c’était que je ne dormais pas sur place et que je coûtais moins cher à la sécu…).
Bref, franchement une mauvaise expérience…

Par contre, le service de néonat’ est topissime.
Nous avons eu droit à une hospi de 24h pour 3 séances de 3h de photothérapie pour cause de jaunisse. Là, les soignants sont adorables et vraiment prévenants que ce soit avec les bébés ou avec les parents (ils m’ont dégotté une chemise d’hôpital pour la nuit (parce que je n’avais pas prévu qu’on resterait dormir et sont venus voir si j’avais pu me débrouiller pour trouver de quoi manger).

Depuis une semaine nous sommes définitivement à la maison et tout semble plus facile. Les nuits même si elles ne sont pas parfaites sont quand même plus reposantes qu’à l’hôpital et surtout nous sommes tous ensemble !

Nous découvrons les regards interloqués quand à la question « c’est votre 1er » on répond « non, le 6e » 😀 et les interrogations concernant le 4e prénom de Rémi (Rémi, Pierre, Antoine, Sixte).

La vie est belle !

Prénom #4

Tisane gourmande

 

Réponse :
Tisane : Mélisse (Mélissa)

Gourmande (un café/thé/tisane gourmande est une boisson accompagnée de dessert. Dans le dessin animé de Rémi sans famille, la chanson dit « et je me balade, avec tous mes amis »… il est donc aussi accompagné)